Until Dawn

Until_dawn_01Sauf une fois au chalet… Until Dawn commence dans la joie et la bonne humeur avec une bande d’amis qui a décidé de se réunir dans un endroit désert ou presque.

On dirait le début d’un film qui peut faire monter la température et être interdit aux moins de 18 ans. Désolé les coquinous mais on va plutôt se tourner vers un slash movie pour cette fois. Les parents Washington ont laissé les clés de leur magnifique chalet perdu en pleine montagne à leurs trois enfants : Josh, Hannah et Beth. La soirée battait son plein et tout se passait bien jusqu’à ce qu’une bonne partie du groupe décide de faire une mauvaise blague à Hannah. Vexée comme un pou, celle-ci s’enfuit à moitié poil – bon, j’exagère un peu, mais quelle idée ! – suivie par sa sœur. Toutes deux finissent par se retrouver au bord d’une falaise et font face à une menace inconnue. La chute est alors inévitable et l’issue fatale.

La vérité est ailleurs. C’est après cette tragique introduction que commence réellement notre partie d’Until Dawn. On retrouve donc nos huit amis, moins les « deux maillons faibles », à savoir : Sam, Chris, Ashley, Matt, Emily, Jessica, Mike et Josh pour de nouvelles aventures. Ce dernier a souhaité convier le groupe au même endroit, un an après le drame. Drôle d’anniversaire, n’est-ce pas ? Chaque protagoniste que l’on incarne a le droit à un arrêt sur image et une rapide description. Dans les options on peut voir comment évolue son caractère ainsi que ses relations avec les autres personnages au fil de l’aventure et de ses décisions. En effet chaque choix doit être mûrement réfléchi car il peut mortellement modifier le cours des choses par la suite : effet papillon oblige ! L’ambiance est angoissante et vous n’aurez sans doute pas envie de traîner dans certains lieux. Je ne peux que vous comprendre étant donné que je suis la fille qui arrive à jouer tout en fermant les yeux parce que « ça fait trop peur ». Toutefois n’espérez pas saisir tous les tenants et les aboutissants de ce jeu sans explorer un minimum. Entre les totems – qui vous permettent d’avoir des visions sur de possibles événements à venir – et les différents indices que vous trouverez, vous aurez de quoi faire. Je ne peux pas vous parler davantage de l’histoire sans spoiler, mais celle-ci est bien plus profonde – non toujours pas dans ce sens-là – qu’elle n’y paraît au premier regard.

C’est beau mais ça fait peur. Pour un jeu qui a été repoussé et prévu sur une console ancienne génération Until Dawn est graphiquement très beau et à la hauteur de la PS4. Les acteurs sont modélisés grâce à la motion capture et leur jeu est vraiment très bon, avec une mention spéciale à Peter Stormare. Le gameplay est simple et se rapproche des réalisations de Quantic Dream. On oscille entre exploration, choix de dialogues, d’actions et QTE. La réalisation est léchée avec des plans de caméra bien trouvés qui font monter l’angoisse. Un des exemples de cette qualité est une scène dans laquelle le personnage que l’on contrôle se fait poursuivre. Le dernier plan est si bien fait que l’on a l’impression de sentir le souffle de notre poursuivant le long de notre nuque.

Jusqu’à l’aube, on les aime jusqu’à l’aube baby… Je pourrai directement m’arrêter là avec cette punchline de haut niveau mais je ne céderai pas à la facilité. Until Dawn est beau, sans concessions et surtout il fait peur. Le seul bémol pourrait être concernant la rejouabilité qui n’existera que si vous souhaitez voir les différentes fins et obtenir tous les succès. Alors si vous souhaitez vivre l’expérience unique d’un véritable film d’horreur interactif, habillez-vous chaudement et lancez-vous ! Cependant attention, l’obscurité risque de devenir insupportable et vous ne souhaiterez qu’une seule chose : apercevoir les premières lueurs de l’aube.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s